Nouvelle : "Point Final" - 6/6

 

gouvernement global n'a peut-être pas raison. Même si tout le monde semble le penser. Certes on a frôlé la catastrophe, il y a bien longtemps. La décrue active – comme on a appelé les opérations scientifiques et militaires de réduction de la population – puis la maîtrise de la population mondiale ont offert cette nouvelle croissance qui bénéficie à tous. Peut-être pas au même niveau pour tous, bien sûr. Mais on vit bien mieux aujourd'hui qu'au siècle dernier, non ? La population est plus jeune, en meilleure forme, plus efficace au travail, le chômage est limité.
Il pourrait partir. Tout abandonner. Filer vers le nord, vers le massif central. Franchir la barrière du parc « zéro humain » et pénétrer la violence de la nature sauvage. Aller à la recherche de ce gouffre creusé par l'eau et les siècles dans le calcaire. Ce gouffre vers lequel voulait aller son frère. Ce gouffre au fond duquel coule une rivière, à plus de cent mètres sous terre. Ce serait l'un des lieux de regroupement des insoumis.

Peut-être qu'il réfléchit trop ? Il devrait simplement admettre ce nouvel état naturel : la vie s'arrête quand on n'a plus de point. Il faut accepter de mourir pour laisser les autres vivre. Pourquoi chercher à durer au-delà de son dû ? Et pour quelle vie ? Une vie de mort vivant. D'enterré vif, telle Antigone.

Il se souvient des mots de son frère avant qu’il ne parte.
S'enfuir. Résister. Ne pas accepter le dogme. Vivre. Pour l'exemple. Pour montrer que c'est possible. Le faire savoir. Donner de l'espoir. Ne pas se soumettre.

Plus qu'un point. Un seul petit point. C'est tout ce qui lui reste sur son permis de vivre. Il va devoir prendre une décision.